American Gods saison 1 disponible en streaming !

Rétrospectivement, je n’aurais probablement pas dû être surpris de l’intensité visuelle des dieux américains. Je veux dire, l’étrangeté onirique allait toujours être une évidence, compte tenu de l’ensemble de l’œuvre de Bryan Fuller, mais je m’attendais à ce que cette série soit davantage une collection d’études de personnages.

C’était une pensée stupide. Neil Gaiman, auteur du texte original, a un certain don pour l’écriture de telle sorte qu’un film joue dans votre tête sans jamais le savoir, et est bien sûr habitué à transmettre aux artistes l’aspect de ses mondes.

Au début, j’ai trouvé l’esthétique ici un peu trop. La plupart des rêves dans les médias visuels ont généralement un aspect qui est censé vous amener à vous demander si le personnage est conscient qu’il est dans un rêve. Quelque chose d’autre monde se produit, et puis vos crétins protagonistes se réveillent, et hey, rien de tout cela n’était réel. C’est un tour de passe-passe, mais rien de pire que d’avoir été utilisé auparavant.

Les dieux américains ne vous facilitent pas la question de ce qui est réel pour une révélation de torsion. Tous les aspects du rêve et des séquences oniriques viennent vous crier dessus comme un train de marchandises sans aucune indication que les rêves commencent ou se terminent. Chaque épisode a été comme soûl et avec une forte fièvre en même temps, avec des moments de lucidité aussi peu fiables que n’importe quel miracle.

Une émission qui ne vous met pas à l’aise dans la question de ce qui est réel.
Facebook
Twitter
Plus d’actions
SI VOUS AIMEZ CETTE HISTOIRE, PENSEZ À VOUS INSCRIRE À NOS BULLETINS D’INFORMATION PAR COURRIEL.
SHOW ME HOW
Il s’agit, bien sûr, d’une idée maîtresse de la prémisse du spectacle. L’idée est expliquée plus en détail vers la fin de l’épisode de cette semaine, alors que M. Wednesday donne à l’auditoire une exposition très nécessaire sur la nature de la croyance et ce qu’elle signifie pour la réalité du monde. C’est un échange calme, mais très tendu, entre lui et Shadow que je sens que le spectacle s’installe enfin dans son groove. Il se passe des choses étranges. Un ciel bizarre sur le toit d’un observatoire qui peut ou non être là pourrait vraiment être une fenêtre sur le repaire d’un démon céleste, ou, il pourrait simplement être un ciel bizarre, ou il pourrait être les deux, et/ou il ne pourrait être ni l’un ni l’autre.

Ce qui aide ces visuels à ne pas submerger complètement le public, c’est de couper les personnages de l’énorme distribution originale de Gaiman. Anubis apparaît beaucoup plus tôt dans l’ouverture de l’épisode que dans le roman ; compte tenu de son importance globale pour les parties ultérieures, cela nous évite d’avoir à passer par l’introduction-fatigue. Il en va de même pour l’expansion du rôle de Mad Sweeney le farfadet, qui est devenu un homme de main dans l’écriture, et qui, je le soupçonne, fera une apparition historique dans la courte vignette d’Essie Tregowan au lieu de la fae sans nom qui termine ce conte.

On a toujours les pièces uniques, c’est sûr. L’histoire du vendeur de babioles et du djinn chauffeur de taxi de New York apparaît dans cet épisode, et il faudrait être fou pour l’oublier. Tout – les yeux ardents du djinn, la scène sexuelle incroyable qui s’ensuit (peut-être la scène masculine la plus explicite jamais mise à la télévision), le simple désir du vendeur de conduire un taxi lui-même – offre ces petits moments du livre qui a rempli l’Amérique de ses dieux oubliés, des divinités qui gardent assez pour eux-mêmes pour ne pas trop s’immiscer dans le récit.

Je sais que je le dis chaque semaine, mais les dieux américains sont presque parfaits. Tu dois le regarder. C’est de mieux en mieux.

Jef Rouner est un écrivain collaborateur qui couvre la politique, la culture pop, la justice sociale, les jeux vidéo et le comportement en ligne. Il est souvent un ennui professionnel pour les ignorants et les blessés.
CONTACT : Jef Rouner
RECOMMANDÉ POUR VOUS
Propulsé par SailThru
Ash vs. Evil Dead Is A Better Show Than The Walking Dead…..
Pas le bal des vampires de ta mère au jardin d’Avant Garden.
Classement (Tous) the Marvel Comics Movies (UPDATED)
Qu’est-il arrivé à StarTropics ?

PROCHAINS ÉVÉNEMENTS
LES FILLES S’ÉCLATENT DE RIRE.
Samedi 23 juin, 20h30
Champions de la magie
Jeudi 28 juin, 19h30
Ryan Upchurch
Samedi 30 juin, 19h00
“La Mélodie du bonheur”
Vendredi 1er juin, 19h30
propulsé par goldstar
Dan et Phil
Mar., 3 juillet, 19 h.
Rencontre et accueil avec Rodney Carrington
Jeudi 12 juillet, 20 h.
Rodney Carrington
Jeudi 12 juillet, 20 h.
Andrew Lloyd Webber’s LOVE NEVER DIES – The Phantom Returns
Mercredi 18 juillet, 19h30
Le dernier-né de la gamme Comicpalooza de cette année : John Cusack
Le dernier-né de la gamme Comicpalooza de cette année : John CusackPhoto gracieuseté de Comicpalooza
Comicpalooza 2018 ajoute John Cusack à sa gamme.
MARGARET DOWNING | 10 MAI 2018 | 7:41AM
Facebook
76
Twitter
courriel
Imprimer l’article
AA
M. High Fidelity lui-même, John Cusack (Say Anything) est le dernier ajout à la programmation de Comicpalooza 2018. L’acteur qui a récemment joué Brian Wilson, auteur-compositeur et interprète des Beach Boys dans Love and Mercy, sera à Houston pendant le Memorial Day Weekend avec plusieurs autres visages bien connus.

Spider-man star Tom Holland, a déjà été annoncé avec Krysten Ritter, Charlie Cox et Walton Goggins. Michael Chiklis, Ross Marquand, Edw Edw

mai 12, 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *